FAQ

    • Certains comportements doivent vous mettre la puce à l’oreille. Vous êtes démarché par une personne que vous ne connaissez pas ou recommandée par le bouche à oreille. Sympathique, voire amicale, elle se présente comme un expert, vante ses compétences et ses succès. Elle tient un discours séduisant et renvoie vers un beau site internet ou une messagerie privée comme WhatsApp ou Telegram. Le placement est « idéal » ; il est peu connu car « réservé à quelques privilégiés (« j’y ai investi mon argent et celui de mes parents »). La personne est insistante : elle demande un versement rapide et prétend que demain il sera trop tard. Pire, elle demande un virement à son nom ou vos numéros de carte bancaire.
    • Ne donnez jamais suite aux sollicitations d’une personne qui vous propose un placement « miracle ». Faites des vérifications : posez des questions à votre interlocuteur, sur sa société (nom, numéro d’immatriculation, adresse, numéro de téléphone, etc.), vérifiez leurs autorisations en regardant dans les fichiers des sites de l’Orias (www.orias.fr) et du Regafi (www.regafi.fr). Méfiez-vous, car existeaussi des cas d'usurpations : les escrocs se font passer pour des professionnels autorisés à exercer donc rappelez la société pour vérifier que votre interlocuteur y travaille bien. Posez des questions sur le placement : comment un rendement si élevé peut-il être garanti ? Exigez une documentation écrite et lisez-la attentivement. Prenez le temps de la réflexion. Ne cédez pas aux pressions de conseillers qui vous poussent à investir immédiatement. Enfin, ne donnez jamais votre numéro de carte bancaire. En cas de doute, contactez AMF Epargne info service au 01 53 45 62 00 ou par formulaire sur le site de l'AMF.
    • Un conseiller en gestion de patrimoine indépendant, qui est un conseiller en investissements financiers, a l'obligation de vous remettre un document récapitulant les informations le concernant (son statut de conseiller en investissements financiers (CIF), son numéro d’immatriculation au registre de l’Orias, etc.). Un conseiller bancaire, quant à lui, n'a pas l'obligation de vous fournir ces informations mais il est toutefois possible de vérifier l'appartenance de l'organisme bancaire pour lequel il travaille au Registre des agens financiers sur le site Regafi. Tout conseiller doit également vous écouter et prendre le temps de vous proposer des produits adaptés à votre situation. Votre conseiller a, dans la plupart des cas, l'obligation de vous fournir un document d’informations clés qui permet de comprendre le fonctionnement du placement proposé, son niveau de risque, les frais associés, etc. Si votre conseiller ne respecte pas ses étapes, il faut douter de son sérieux. Méfiez-vous des usurpations d'identité : certains escrocs peuvent se faire passer pour des conseillers bancaires ou des CIF.

    • Cette vérification n’est pas suffisante. Cette liste est mise à jour régulièrement, mais elle ne peut jamais être complète car de nouveaux acteurs non autorisés apparaissent régulièrement. En cas de doute, contactez AMF Epargne Info Service au 01 53 45 62 00 ou par formulaire sur le site de l'AMF.
    • Un produit d’investissement peut être proposé par une entreprise d’investissement, une banque, un assureur, une société de gestion ou encore un conseiller en investissements financiers. Ces personnes ou sociétés doivent toutes justifier d’un agrément ou d’une habilitation en France. Vous pouvez vérifier leur agrément sur le site de l’ORIAS (www.orias.fr) et du Regafi (www.regafi.fr). Dans le cadre d'investissements en crypto-actifs (Bitcoins, etc.), il est nécessaire de vérifier que votre interlocuteur figure bien sur la liste blanche des PSAN (prestataires de services sur actifs numériques) enregistrés par l'AMF.
    • Non. Un investissement dans des placements atypiques tels que le vin, les places de parking, les chambres en Ehpad ou encore les pierres précieuses, est risqué car aucune garantie ne peut être offerte sur le rendement de tels placements. Des personnes d’apparence sérieuse, mais ne bénéficiant d’aucune autorisation, profite de l’engouement pour de nouvelles idées d’investissement pour monter des arnaques. Soyez très vigilant car en cas d’arnaque vos recours sont très limités, ces acteurs illégaux étant souvent basés à l’étranger.
    • Si vous avez versé de l'argent à un escorc, la première chose à faire est de porter plainte rapidement auprès des autorités judiciaires (www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1435), en réunissant au préalable le maximum de preuves : échanges de mails, RIB, preuves de virement, contrats, enregistrements, etc. Vous pouvez aussi contacter : la DGCCRF - Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes - au 3939 (0.15 € la minute + prix de l’appel) et faire un signalement auprès d’Info Escroqueries au 0 805 805 817 (Numéro vert, appel gratuit) www.internet-signalement.gouv.fr pour signaler un site. Dans le doute, vous pouvez aussi contacter AMF Epargne Info Service en appelant le 01 53 45 62 00 ou bien par formulaire sur le site de l'AMF.
    • Les prestataires de service d’investissement (entreprises d’investissement et établissements de crédit) doivent obtenir un agrément. L’agrément des prestataires de service d’investissement (PSI) autres que les sociétés de gestion est délivré par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Une liste est disponible sur le site internet de l'ACPR. Les sociétés de gestion de portefeuille sont agréées par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Vous pouvez vérifier l’agrément d’une société de gestion sur le site internet de l’AMF (https://geco.amf-france.org/Bio/).
    • Vous avez un différend avec votre conseiller financier ou avec une société cotée ? Une absence de réponse dans les 2 mois suivant votre réclamation ou une réponse qui ne vous convient pas ? Vous pouvez saisir le médiateur de l’AMF. Il vous permettra de régler le litige à l'amiable. Il vous suffit de transmettre votre demande via le formulaire de demande de médiation sur le site internet de l’AMF, ou par voie postale en adressant les documents utiles à l’examen de votre demande.
    • Le médiateur de l'AMF n’intervient que si le litige entre dans le champ de compétences de l'AMF : commercialisation de produits financiers, gestion de portefeuille, transmission et réception d'ordre de bourse, tenue de comptes de titres. Par ailleurs, le médiateur de l'AMF ne peut être saisi que si le litige a déjà fait l'objet d'une réclamation écrite auprès de l'intermédiaire concerné et si la réponse n'a pas été satisfaisante. Autre cas : vous pouvez saisir le médiateur si vous n'avez reçu aucune réponse dans les deux mois ayant suivi votre réclamation.
    • Elle vous informe des mises en garde émises par l’AMF sur les placements à risques et vous donne accès à ses listes d’acteurs non autorisés ainsi qu'à ses listes blanches. Elle vous permet également de signaler une fraude à l’AMF, de nous contacter ainsi que de savoir si vous êtes victime d’une arnaque ou non. Vous pouvez aussi consulter notre outil de diagnostic à titre informatif : « Suis-je victime d'une arnaque ? ».

    • L’Autorité des marchés financiers (AMF) est une autorité publique indépendante. Elle informe les épargnants grâce à la mise à disposition de nombreux contenus sur son site internet (https://www.amf-france.org/fr/espace-epargnants/lamf-et-vous). Elle répond à vos questions sur la bourse et les produits financiers via « AMF Épargne Info Service » au 01 53 45 62 00 ou par formulaire sur le site de l'AMF. Par ailleurs, l’AMF réglemente les instruments financiers (actions, obligations, fonds et sicav…) en vérifiant les informations et les acteurs, en agréant les acteurs et en fixant les règles de bonne conduite. Elle veille au bon déroulement des opérations financières et à la transparence de l’information afin qu’elle soit complète, cohérente et compréhensible. Elle surveille les marchés financiers grâce à des pouvoirs de contrôle et d’enquête.
    • Pour contacter l’AMF, plusieurs moyens sont à votre disposition en fonction de votre besoin. Rendez-vous sur la page « Contacts » accessible depuis le pied de page du site. Vous pouvez également joindre notre accueil au 01 53 45 60 00, ou adresser vos courriers à notre adresse postale : 17, place de la Bourse - 75082 Paris Cedex 02.
    • Des publicités faisant la promotion d’investissements « très rentables » peuvent apparaître sur le fil d’actualité de réseaux sociaux comme Facebook, Instagram, Tik Tok ou même Youtube et LinkedIn. Certaines offres frauduleuses peuvent aussi être relayées via de simples publications ou de faux articles de presse faisant référence à des personnalités connues dans le monde des affaires, du sport ou des médias. Attention également aux discussions instantanées sur les réseaux sociaux, messageries privées et sites de rencontres. Certains escrocs essaient de contacter personnellement leurs victimes, soit en leur adressant « une demande d’ami », soit en leur envoyant directement un message via les messageries instantanées.

    • Pour être informé de la publication de nouveaux contenus sur le site internet de l’AMF ou recevoir uniquement les contenus qui vous intéressent, abonnez-vous gratuitement aux flux RSS pour recevoir les informations au moment de leur publication, les alertes emails journalières, hebdomadaires ou mensuelles. Pour suivre les nouveautés publiées dans l'Espace Epargnants, vous pouvez aussi vous abonner à notre newsletter bimensuelle. Pour vous abonner aux flux RSS ou à la newsletter, cliquez sur le lien « Flux RSS et abonnements » situé en pied de page du site ou depuis l'Espace Epargnants.
    • Une liste blanche répertorie les diférentes sociétés autorisées à commercialiser certains produits ou services financiers spécifiques sur le territoire national. L'AMF met à disposition des épagnants plusieurs listes blanches :

      • la liste blanche des investissements en biens divers (vin, cheptels, forêts...)
      • la liste blanche des PSAN (prestataires de services sur actifs numériques) pour l'investissement en crypto-actifs (Bitcoin, etc.)
      • la liste blanche des ICO (ou offres au public de jetons) ayant obtenu le visa de l'AMF

      Ces listes ne constituent pas une incitation à investir dans les placements proposés par les sociétés qui y figurent, qui restent par nature très risqués. 

      A contrario, l'AMF dresse également une liste noire de sites frauduleux. Ainsi, en cas de sollicitation, vérifiez toujours que la société dispose bien des autorisations nécessaires.

    • Les informations et décisions financières des sociétés cotées sont disponibles dans la « base BDIF », accessible depuis la recherche avancée du site en sélectionnant « Base des décisions et informations financières (BDIF) » ou depuis des accès rapides, disponibles sur la page d’accueil (dans un bloc vert) et en pied de page sur toutes les autres pages du site.
    • Que ce soit sur internet, les réseaux sociaux ou par mail, le mode opératoire des escrocs est souvent le même : une publicité ou un article vantant les avantages d'un placement très rémunérateur et sans risque vous incite à cliquer sur un lien qui renvoie vers un site internet assez peu détaillé. Vous serez alors invité à remplir un formulaire de contact pour obtenir plus d'informations sur le placement en question. Attention : en renseignant vos coordonnées personnelles, vous allez permettre à de soi-disant conseillers, experts de la manipulation, de vous contacter pour vous convaincre d'investir dans un faux produit financier. Coordonnées personnelles ou bancaires : ne divulguez jamais vos données personnelles sur internet !
    • Quand les placements traditionnels rapportent peu, la tentation est grande d’essayer de trouver des solutions plus rentables. C’est dans ce contexte que certaines arnaques, assorties de promesses de gains irréalistes, se développent : faux investissements dans de nouveaux secteurs, faux conseillers financiers, usurpateurs d’identité, fausse autorité publique … On trouve ainsi de nombreuses arnaques dans les pierres précieuses, le vin, le Forex ou encore les crypto-actifs (comme le Bitcoin etc.). Elles se développent majoritairement sur internet, via des publicités, sur les réseaux sociaux ou encore via des emails envoyés à un très grand nombre de personnes (des spams). AMF Protect Epargne vous propose un outil pour vérifier rapidement si vous êtes face à uen arnaque.
    • Certains escrocs n'hésitent pas à usurper l'identité d'acteurs financiers autorisés, ou à se faire passer pour un de leurs salariés. Ils copient leurs logos, sites internet, leur documenation commerciale, et n'hésitent pas à utiliser les informations contenues dans les registres officiels comme leurs numéros d'autorisation. Pour vous prémunir et éviter d'être victime d'une usurpation, certaines précautions sont nécessaires. 1) Exigez une documentation écrite et n'investissez que dans ce que vous comprenez. 2) Soyez attentif aux détails (fautes d'orthographe, modification d'une lettre comme "group" au lieu de "groupe" dans l'adresse d'un site internet, ajout ou modification d'un élément dans une adresse email "-" ou ".com" au lieu de ".fr"). 3) Consultez la liste des prestataires de services d'investissements (www.regafi.fr) et celle des conseillers en investissements financiers (www.orias.fr) habilités à vous proposer leurs produits. Dans le cadre d'investissements en crypto-actifs (Bitcoin, etc.), il est nécessaire de vérifier que votre interlocuteur figure bien sur la liste blanche des PSAN (prestataires de services sur actifs numériques) sur le site de l'AMF ou dans l'application AMF Protect Epargne. 4) Vérifiez que votre interlocuteur provient bien de la société pour laquelle il déclare travailler : rappelez cette société en recherchant par vous-même ses coordonnées pour vous en assurer.